COMBATTONS L’INSECURITE, ENGAGEONS DES ARTISTES!

http://www.zabriskiepoint.ch/wp-content/uploads/2012/09/ZP-Fly_ProtestePt.jpg

C’est sous ce slogan, un brin provocateur, que les membres de Zabriskie Point, espace d’art indépendant sans but lucratif, ont décidé de lancer une action de protestation face à la précarisation des espaces d’art et des projets culturels indépendants genevois.

En mai 2012, la Ville de Genève annonçait la fin prématurée de Zabriskie Point et la possible transformation de son espace en kiosque à glace. A la même période, plusieurs espaces d’art et événements culturels indépendants se voyaient privés de soutiens financiers.

Sur le plan national, la situation est tout aussi alarmante : Pius Knüsel, directeur de Pro Helvetia, a annoncé fin 2011 supprimer les subventions d’un montant de CHF 220’000 que l’organisation apportait annuellement aux espaces d’art indépendants suisses.

La culture, un capital immatériel à préserver!

A l’exemple de Zürich et Bâle, Genève est un canton qui abrite un grand nombre d’espaces d’art indépendants, actuellement une quinzaine. Porteurs de diversité, les espaces indépendants et/ou émergents sont des laboratoires de création, de diffusion et de relève d’une culture importante pour ses habitants. A la différence des espaces de consommation ou de divertissement, ils génèrent richesses et connaissances et créent un tissu culturel et artistique vivant en constante évolution.

Malheureusement, en temps de crises, les craintes réduisent souvent le débat public à des analyses chiffrées simplificatrices ou à de pures considérations de rentabilité économique directe. Or, d’aucuns ont tendance à oublier que la production artistique et culturelle indépendante est aussi un facteur économique et social important. Les pouvoirs publics doivent prendre conscience de leur utilité et favoriser, en accordant des moyens, l’essor d’initiatives visant à réinventer de nouveaux espaces de convivialité et de partages.

Oui, la production de l’art indépendant, le travail des artistes et des acteurs culturels, des femmes et des hommes apportent, par leurs forces de volonté et un travail acharné souvent sans salaire, une valeur ajoutée à Genève. Le capital culturel n’est pas à réduire mais à développer !

– de Flics + d’Artistes dans l’espace public

Si la police réprime et rassure certains, les artistes proposent, débattent et fédèrent ; ils apportent des alternatives plausibles à la morosité ambiante et au sentiment d’insécurité.

L’art et la culture, instruments de résilience et de créativité par excellence, permettent d’interroger les valeurs de notre société actuelle et d’imaginer les contours des changements qu’elle appelle. L’art contemporain n’est pas la discipline artistique la plus soutenue et ses rares subventions devraient être repensées et décloisonnées pour soutenir des projets novateurs et actifs dans l’espace public.

L’art et la culture doivent échapper aux tentatives de privatisation systématique. La production artistique doit pouvoir tenir compte librement des paramètres de réception (divers publics) et des potentiels de communication (médias, espace public, etc.). Or, les acteurs culturels souffrent d’un manque cruel de moyens matériels et financiers pour atteindre ces objectifs. Considérant non seulement cette situation comme une menace pour la culture indépendante, mais aussi comme un manque de reconnaissance du travail accompli, Zabriskie Point décide de suspendre d’un mois sa programmation annuelle pour en débattre publiquement.

Zabriskie Point, espace d’art contemporain

site 4

site1

site 2

site 3Photos by Nathalie Rebholz