LAURE MARVILLE  – Creating my home with style

8.01.14 – 12.02.14

http://www.zabriskiepoint.ch/wp-content/uploads/2011/03/Capture_d_e_cran_2013_12_29_a_15.17.25.2-1.png

Expandable youth

… Partout, les motifs circulent dans un flux quasi continu. Ici, ils nous renvoient à ces fragments d’identité – que l’on dit en crise. Du black metal à la poya, Laure Marville s’en amuse, les utilise, en fait les éléments d’une histoire personnelle et universelle toujours en mouvement. Elle nous les redistribue dans un patchwork plus proche du punk que du hippie ; If the kids are united then we’ll never be divided.

Formes, répétitions, agencements… Il s’agit bien de cela ! Revendiquer et exprimer une identité multiple construite de fragments géographiques, culturels et historiques éparses.

Nous sommes dans les années 70, une étrange invention fait le tour de l’Europe. Une espèce de soucoupe volante qui servira d’habitation à quelques riches bourgeois en quête d’originalité. Au même moment, des milliers de hippies construisent leur propre maison et partent vivre en dehors des villes. Le dôme géodésique de Buckminster Fuller est à la mode. Aujourd’hui, tout cela revient. Quel bobo ne rêve pas de sa cabane dans les arbres ou de sa yourte ?

Les formes se ressemblent, l’histoire se répète. L’abribus même semble en être imprégné. Au turquoise criard du bâtiment, répondent des fonds parfois plus grinçants encore. A l’architecture seventies se mêlent l’encre, la fourrure et la peinture. Comme si l’espace domestique se liait à celui de la rue ; l’individuel au commun. Mais l’utopie est malsaine et cela dégénère parfois. L’étrangeté des formes constituant le travail de Laure n’est pas sans nous rappeler vaguement les vestiges de cette utopie qui aurait mal tourné ; sous la fourrure les pavés…

                                                                                                 Roxane Bovet & Yoan Mudry

 

IMG_5613

 IMG_5591

IMG_5498Photos By Nathalie Rebholz